Émilie Frémond | En délégation CNRS à la République des savoirs | 2024-2025

Émilie Frémond est accueillie en délégation CNRS au sein de l’équipe PhilOfr – République des savoirs pour l’année universitaire 2024-2025.

Agrégée de Lettres modernes et ancienne élève de l’ENS LSH, Émilie Frémond est maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle et spécialiste du surréalisme.

Elle a publié aux éditions Classiques Garnier Le Surréalisme au grand air (vol. I Écrire la nature2016; vol. II Penser la nature, 2023) dans lequel elle étudie le “changement de signe” (A. Breton) opéré par le surréalisme à l’égard de la nature, des années vingt jusqu’aux années soixante, devant les dérives  du communisme soviétique, la crise de la conscience engendrée par l’explosion atomique et la fétichisation de la technique dans la France des Trente Glorieuses. Ses travaux portent sur l’histoire du surréalisme historique et ses usages (industries culturelles, design) et, dans une perspective écocritique, sur les diverses formes d’héritage de l’action et de la pensée surréalistes (« Appels d’air. Annie Le Brun ou l’invention de l’écologie passionnelle », ELFe XX-XXI, n° 11, 2022). Elle s’intéresse aux manières dont le discours médical et les sciences informent les représentations du rêve, mais aussi à toutes les formes d’emprunts de la littérature et des arts aux sciences naturelles: discours, formes ou modèles de lisibilité.

Ses recherches actuelles portent sur les formes de résistance et de résurgence dans la culture populaire et la littérature du XXe et du XXIe siècle de l’histoire naturelle, disparue de l’enseignement des sciences au milieu du XXe siècle et qui connaît actuellement un regain d’intérêt. Accueillie en délégation pour l’année 2024-2025, elle entend mener au sein du laboratoire République des Savoirs une enquête sur une série de textes et d’œuvres hybrides qui neutralisent, à l’image de nombreux travaux d’historiens et de philosophes actuels, les critères d’identification des genres et des disciplines. Atlas, bestiaires, herbiers, lapidaires ou étonnants chosiers, c’est autant sur les formes de l’encyclopédisme et de la collection, que sur les valeurs accordées au classement et à la description des objets naturels que portera cette année de réflexion, en relation avec les activités sur le bestiaire et l’arche menées par Anne Simon.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Arto Charpentier (4 juin 2024). Émilie Frémond | En délégation CNRS à la République des savoirs | 2024-2025. PhilOfr. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rpg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search