2008-2009

Le Collège International de Philosophie, en collaboration et dans le cadre du Programme de Recherches ‘Le moment philosophique des années soixante’ du Centre International d’Étude de la Philosophie Française Contemporaine (ENS/Ulm), organise sur toute l’année 2008 une série de quatre journées d’étude intitulée : « Le moment philosophique des années soixante ». Cette série se propose de renouveler la lecture que l’on fait aujourd’hui, quarante ans après, de cette décennie et de rouvrir la question, si difficile à traiter en France, de l’héritage actif et non commémoratif de ce « moment » excessif à ses propres interprétations, et toujours actuel.

Il ne s’agit pas de revenir sur les années 60 sur un mode historique et commémoratif, mais d’en rouvrir l’héritage en posant d’emblée, à titre méthodologique, deux thèses. Premièrement les années 60 ont véritablement constitué un événement transversal pour la pensée dans toutes ses dimensions : scientifique, politique, esthétique, philosophique… Il n’est pas nécessaire de supposer qu’on puisse unifier cet événement dans un seul nom, une seule thèse, et encore moins une seule œuvre, pour reconnaître la consistance d’un « moment », avec ses circulations multiples, ses oppositions constituantes, et la propagation d’une force de rupture. Les années 60 ont eu le sentiment de faire date dans l’histoire de la pensée et ce n’était pas seulement illusion. Qu’elles aient été correctement qualifiées en leur temps est en revanche sujet à caution. Deuxièmement, de ce moment, nous sommes toujours les contemporains, au sens où les questions posées restent ouvertes et que ce qui s’est passé ne peut être accompli qu’aujourd’hui, dans l’après-coup qui conditionne l’historicité de la pensée. Des années 60, nous proposons de chercher donc ce qui est toujours actif.
Cependant, s’il ne s’agit pas faire le musée ou la commémoration d’une séquence de la pensée, il ne s’agit pas non plus de la rejouer telle quelle. On s’intéressera donc à la possibilité de requalifier l’événement en quoi ont consisté les années 60 dans les différents domaines de la pensée, de le qualifier autrement que de la manière dont il l’a été par ses acteurs, animés qu’ils étaient par un événement qui était à côté de celui par lequel ils se croyaient portés. Il s’agira donc de réunir, faire connaître, et faire dialoguer entre elles, les recherches récentes qui, de manière encore dispersée, ont été amenées à reconsidérer les enjeux épistémologiques autant que politiques, esthétiques et enfin proprement philosophiques de la conjoncture des années soixante.
En ce sens, on peut donc dire que cette série de colloques propose une contribution à ce qui pourrait être une histoire structurale, puisque symptômale, du « structuralisme », dépassant les oppositions factices entre pensées de la structure et pensées de la différence, montrant que l’événement dépassait déjà les noms même qu’on lui donnait, et qu’il garde, encore aujourd’hui, quelque chose d’excessif, et qui nous fait penser.
L’année 2008 n’est pas anodine : 1968 a précisément constitué ce point de rupture dans lequel les années 60 à la fois se réalisent et se renversent, ce point dans lequel l’accomplissement semble exactement coextensif à son inversion. C’est en ce point que nous souhaitons pouvoir nous tenir.

Les quatre journées s’intituleront : « Un moment épistémologique » ; « Un moment politique » ; « Un moment philosophique » ; « Un moment esthétique ».
Chacun d’entre eux succèdera à une journée qui aura lieu à l’Ecole Normale Supérieure, portant sur un livre majeur de cette décennie, soit dans l’ordre : La pensée sauvage de Claude Lévi-Strauss (direction : Frédéric Keck), Pour Marx de Louis Althusser (direction : Stéphane Legrand et Guillaume Sibertin-Blanc), De la Grammatologie de Jacques Derrida (direction : Frédéric Worms), Discours Figure de Jean-François Lyotard (direction : Elie During).




Colloque “De Brunschvicg à Bachelard” – 6 et 7 février 2009

Table ronde : Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Arnold Davidson (univ. Chicago et univ. Pise), Mauro Carbone (Università degli studi di Milano) et Miguel de Beistegui (University of Warwick)




Colloque Simone Weil et la philosophie du XXe siècle – 15 et 16 mai 2009

Frédéric Worms : L’obligation dans l’enracinement

Retrouver l’ensemble des communications sur Savoirs ENS : https://savoirs.ens.fr/archives.ph


Colloque La philosophie du soin – Éthique, médecine et société – 10, 11 et 12 juin 2009

Catherine Malabou et Valentina Ragno : Urgence et trauma : la place de l’interrogation philosophique

Frédéric Worms : Le moment du soin. Précision et extension du modèle du soin dans le moment du vivant

Claire Marin : “Who cares?” Quelle attention au malade dans la relation thérapeutique ?

Retrouver l’ensemble des communications sur Savoirs ENS : https://savoirs.ens.fr/archives.ph



Colloque Alain, littérature et philosophie mêlées – 16 et 17 octobre 2009

Frédéric Worms : Réflexion pure, imagination et politique : Alain au carrefour du siècle

Retrouver l’ensemble des communications sur Savoirs ENS : https://savoirs.ens.fr/archives.ph



Colloque Bergson et Jaurès : Métaphysique, politique et histoire – 28 novembre 2009

Florence Caeymaex : La question de l’Etat dans les Origines du socialisme allemand

Camille Riquier : Jaurès, le chaînon manquant entre l’Essai… (1889) et Matière et mémoire (1896)

Retrouver l’ensemble des communications sur Savoirs ENS : https://savoirs.ens.fr/archives.ph

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search