Présentation

Le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr, équipe de l’unité République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie, est basé à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Son carnet de veille et de recherche PhilOfr permet de proposer des événements, développer un réseau international, relayer des informations et mettre en ligne des contributions.

Origine et organisation

Le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine a été créé en 2002 par Alain Badiou et Yves Duroux au sein du département de philosophie de l’École normale supérieure. Il s’agissait explicitement d’ouvrir un espace pour une tradition contemporaine irréductible aussi bien à la phénoménologie qu’à la philosophie analytique, mais qui tisse son propre réseau de concepts, de controverses (bien loin d’une quelconque essence de la philosophie « française ») et de ruptures, ainsi que de relations avec le contemporain extra-philosophique.

En 2004, la direction du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine, désormais familier sous l’acronyme de Ciepfc, a été confiée à Frédéric Worms (qui l’exercera jusqu’en 2022). Il connaîtra différentes étapes institutionnelles jusqu’à son intégration comme équipe à la République des savoirs (UAR 3608 ENS/CNRS/Collège de France) à partir de 2014, tout comme il l’avait été auparavant au sein du Cirphles (2010-2014). Le Ciepfc étoffe pendant ces années son réseau national et international, prouvant en quoi il répond à un besoin : il est devenu et reste aujourd’hui le seul centre et la seule plate-forme explicitement dédiés à la philosophie française contemporaine en France, et un point de rencontre européen et mondial.

Premier logo du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine

Pendant ces années, le Ciepfc développe ses activités de formation à (et par) la recherche ; ses programmes de recherche propres ; la constitution d’axes transdisciplinaires et internationaux sur des problèmes actuels, des œuvres contemporaines et des travaux en cours. Devenu Directeur de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en mars 2022, Frédéric Worms a passé le relais du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine à Anne Simon, sous l’impulsion de laquelle le carnet de veille et de recherche PhilOfr a été créé. Ce carnet constitue un espace de partage des activités des membres de son réseau scientifique (RésO), mais aussi, plus largement, de nombreux événements concernant la philosophie française contemporaine. À cette occasion, l’abréviation Ciepfc a été remplacée par l’appellation PhilOfr, où le « fr » fait résonner la mise en réseau internationale, la contemporanéité et l’élargissement réflexif. De fait, on ne comprend pas la philosophie « française » dans le sens d’une identité originaire et homogène, mais d’un déséquilibre, d’une réflexion et d’une « extraterritorialité » (George Steiner) internes, et d’une tradition ouverte sur les grands débats mondiaux – via notamment les usages pluriels de la langue française et de ses traductions dans les deux sens.

Logo actuel du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr

Depuis 2014, le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine est l’une des équipes intégrées à l’Unité d’administration et de recherche 3608 République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie, dont les tutelles sont le CNRS, l’ENS et le Collège de France, institutions intégrées à l’Université PSL.

En 2023, les membres permanents du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr sont Anne Simon, sa responsable, Dominique Combe, Jean-Marc Mouillie, Perrine Simon-Nahum et Frédéric Worms. PhilOfr accueille également des doctorants, des post-doctorants et des chercheurs associés (RésO).

Axes, problèmes et méthodes

Le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr se propose d’accueillir et de développer les recherches autour de la philosophie française des XXe -XXIe siècles, dans sa spécificité, sa diversité, son histoire et ses pratiques actuelles. Il met également à l’épreuve cette singularité plurielle dans sa relation avec les autres grands mouvements philosophiques, ainsi que dans sa relation, qui la caractérise aussi en propre, avec la science, le politique, l’éthique et les arts – en particulier la littérature. On peut regrouper les recherches développées selon quatre axes principaux.

1/ Histoire de la philosophie française contemporaine, histoire intellectuelle : figures et moments. PhilOfr travaille ce que Frédéric Worms nomme les « moments[1] » philosophiques du XXe siècle (« moment de l’esprit » en 1900, « moment de l’existence » autour de la seconde guerre mondiale, « moment de la structure » pendant les années 1960) dans leur unité et leur diversité, leurs dialogues et leurs ruptures, jusqu’à notre contemporanéité, où le « moment du vivant » renvoie à la question écologique croisée à celle de l’urgence, du soin et du social. Il s’agit aussi d’inscrire les grandes figures de la philosophie française – de Bergson à Serres, en passant par Brunschvicg, Sartre, Weil, Beauvoir, Jankélévitch, Aron, Canguilhem, Nancy ou Fontenay, pour ne donner que quelques exemples – dans une histoire qu’elles contribuent à faire et à théoriser.

2/ Archives et corpus : constitution et méthodes. PhilOfr s’attache à promouvoir une réflexion sur la construction et les enjeux socio-politiques des canons, tout comme sur les modes de transmission et le renouvellement des corpus. Il impulse ou accompagne des projets éditoriaux d’envergure portant sur la philosophie française contemporaine, tels l’édition des œuvres complètes de Michel Serres, en collaboration avec l’équipe Littératures, Philosophie, Morale (République des Savoirs) et la Fondation Michel Serres. Il porte enfin son attention à la constitution des corpus en littérature, dans leur lien aux grands enjeux développés par la philosophie française contemporaine – de la complicité à l’opposition, en passant par le contournement ou la dynamisation.

3/ Concepts, problèmes et styles de pensée. PhilOfr inscrit les problèmes – métaphysiques, mais aussi, désormais, herméneutiques, phénoménologiques, et écosophiques – dans leur histoire longue et examine leurs reprises tout au long des XXe-XXIe siècles. Deux modalités principales sont privilégiées. Il s’agit d’une part d’interroger les façons dont les philosophes construisent, pour reprendre une notion proposée par Frédéric Worms, leurs « problèmes » singuliers, et comment ils y répondent ; cette réponse s’effectue du sein même d’un moment politique et philosophique qui informe leur pratique, qui en retour contribue à le configurer. PhilOfr s’attache d’autre part, selon le souhait d’Anne Simon, à examiner une « pensée sensible[2] » et une inventivité philosophique examinées dans leur relation aux pratiques diverses de la langue française ; on se penche notamment sur les manières spécifiques qu’ont les philosophes de mobiliser la langue pour développer un « style de pensée » qui se confond avec cette pensée même. De ce fait, l’apport propre des écrivaines et écrivains contemporains, en langue française ou non, est pris en compte : de l’imaginaire au style, ils remettent en jeu l’émulation entre le logos et le mythos, et abordent les grands problèmes de l’intérieur même du langage.

4/ Une philosophie en relation : littérature, arts, épistémologie, politique, écologie, éthique, soin. Conformément à la formule de Georges Canguilhem selon laquelle « la philosophie est une réflexion pour qui toute matière étrangère est bonne[3] » – au point d’être travaillée, altérée et façonnée par ce dehors même –, les membres de PhilOfr mobilisent différentes pratiques linguistiques et cognitives pour assurer la continuité de ce qui fait sa spécificité : son dialogue avec les sciences, les arts et les humanités (en particulier l’écologie et le soin). PhilOfr développe depuis 2022 un axe en Humanités écologiques, en interrogeant notamment l’image historiquement complexe de l’arche, et en intensifiant l’exposition de la philosophie française à d’autres frayages de pensées, de traditions et de langues : c’est en effet par sa capacité à se laisser saisir par d’autres pratiques qu’elle se reconfigure et se donne le risque et la chance d’un travail de pensée. Au souci d’une philosophie en relation répond une attention aux débats contemporains, qu’il s’agisse par exemple des discussions autour des implications des théories post-coloniales ou encore des réflexions sur l’usage du concept de déconstruction.

Diffusion de la recherche et veille scientifique

Grâce à différentes équipes de rédaction intégrant des membres statutaires, associés ou en doctorat, le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr porte trois carnets de veille et de recherche en philosophie, arts et littérature. L’objectif est de mettre en temps réel à la disposition de la communauté scientifique, mais aussi du grand public, une recherche en acte.

Le carnet de veille et de recherche PhilOfr, créé en 2022, assure notamment la diffusion des événements et travaux en philosophie française des XXe-XXIe siècles. L’artiste Bernard Moninot, lecteur de Serres, de Deleuze et de Nancy, a autorisé PhilOfr à utiliser un détail de son œuvre Horizon V pour le logo du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine et le bandeau de son carnet de recherche. Il a écrit à cette occasion un texte, L’expérience du temps : l’insu à l’œuvre, relatant ses rencontres faites avec des pensées et des penseurs.

Le Pôle Proust, créé en 2013, prend acte, à partir du cas de Proust, d’une transversalité de questionnements entre études littéraires, humanités et sciences.

Le carnet de zoopoétique Animots, créé en 2011, est désormais une référence en matière d’actualité littéraire, artistique et philosophique sur l’animalité et les interactions entre vivants.


[1] Frédéric Worms, La Philosophie en France au XXe siècle – Moments, Paris, Gallimard, « Folio essais », 2009.

[2] Voir Anne Simon, « Pensées sensibles », Trafics de Proust. Merleau-Ponty, Sartre, Deleuze, Barthes, Paris, Hermann, « Philosophie », 2016, p. 195-208 ; ibid. pour la citation qui suit : https://www.editions-hermann.fr/livre/trafics-de-proust-anne-simon

[3] Georges Canguilhem, Le Normal et le Pathologique, Paris, Puf, 1972, 2e éd., p. 7.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search